Revival Folk et Veine Médiévalisante !

Gérard Le Vot, musicologue français spécialiste de la période médiévale, et professeur à l’Université Lyon II nous a aimablement autorisé à publié ce texte, rédigé en septembre 2017 sur la page Facebook de l’auteur.
Également harpiste et chanteur, Gérard Le Vot a été récompensé des prix suivants pour ses enregistrements de chansons de troubadours et de trouvères : 1981 : Grand Prix de l’Académie Charles-Cros. 1987 : Prix Paul Zumthor. Il est l’auteur du Vocabulaire de la musique médiévale, Minerve, 1993, 2001.

Gérard Le Vot

Un collègue littéraire médiéviste me pose ce matin (en vue d’un mémoire étudiant) une assez vaste question relative à la chanson dans “la veine du folk médiévalisant (issu du folk revival anglo-saxon)” autour de groupes comme Malicorne et Mélusine.
Voilà comment, je tâche d’y répondre, sans cependant publier ici la bibliographie trop lourde :

1960-1985

L’intérêt pour le folklore se caractérisera par un regain du collectage des chansons orales non seulement chez les chercheurs, chez les jeunes musiciens citadins mais aussi chez ceux qui, vivant enracinés dans le terroir de leurs parents, ne voulaient pas voir disparaître ce patrimoine. L’intérêt pour le Moyen Âge et la thématique médiévale ou médiévalisante des chansons reste toutefois un épiphénomène. Ce dernier fut abordé en d’autres temps avec beaucoup de sérieux, mais aussi de difficultés pour remonter aux sources admissibles, notamment par Patrice Coirault dans des travaux qui restent fondamentaux et, plus près de nous, par le québécois, Conrad Laforte.


En France, l’après 1968 sera déterminant, tout comme le mouvement Revival l’avait été, auparavant, en Angleterre et aux États Unis, avec Alan Lomax, Pete Seeger, ou, bien différemment, avec Bob Dylan et Paul Butterfield à partir du festival Folk de Newport de juillet 1965 (Joe Boyd, 2008, p. 97-113).
À côté d’Alan Stivell et son ouverture Folk-Rock à l’instar de Weather Report, marquée chez AS du sceau du trilinguisme et de l‘échange entre cultures musicales, il faut signaler le rayonnement des cercles Folk, (ainsi, entre autres, on pense au club du Bourdon crée en 1969 à Paris, Cité Universitaire et à John Wright), celui des groupes comme Mélusine, Malicorne, Tri Yann, La Bamboche, Le grand Rouge, Montjoía, des chanteuses comme Catherine Perrier, Evelyne Girardon aussi, etc


Imprégné de pensée rousseauiste et de retour à la nature, le mouvement Folk, s’efforce, pour certains groupes, soit d‘évoluer vers le chant de grande diffusion, soit pour d’autres vers un désir de perpétuer ou de servir la tradition, soit encore vers une certaine ironie situationnelle : Aristide Padygros, La confrérie des fous,etc.

Les deux premières attitudes parfois ressenties comme opposées peuvent aussi être considérées maintenant comme plus complémentaires qu’il n’y paraissait à l’époque. Malicorne, d’un côté avec Gabriel & Marie Yacoub, Laurent Vercambre,etc, et de l’autre Mélusine avec Yvon Guilcher et le regretté Jean-François Dutertre, présenteront des conceptions assez différentes sur la façon de se relier aux traditions.


Par ailleurs, en matière de survivances médiévales, selon mon point de vue, celles-ci peuvent intervenir principalement à trois niveaux : le premier est celui des formes métriques, il y a là beaucoup à faire (Iouri Tynianov, Jean-Michel Guilcher, 1985),
le second, des paroles et leur organisation : début, intrigue principale, et dénouement/conclusion (voir Coirault, 1933)
enfin, le derniers est relatifs aux caractères mélodiques et rythmiques : de la chanson langoureuse à rythme giusto à la chanson de danse, la gamme de possibilités est étendue, lesquelles diffèrent possiblement (mais pas toujours) selon les régions de France, les variétés linguistiques, etc….

En fait, les sources initiales utilisées par les deux groupes semblent diverger (il faudrait travailler là-dessus tel un préalable).
Assez fragiles chez Malicorne plutôt dépendant de Canteloube & co, cette fragilité de leurs sources leur permettait, paradoxalement, de s’engager souplement sur le terrain de l’image ou du symbole médiéval, laissant de côté un lien trop direct impossible à vérifier.
Mélusine, en général plus précis pour la connaissance des ancrages folkloriques régionaux, du point de vue médiéval ne pouvait pas plus descendre dans le passé, les études de Coirault et de Laforte en montrant la difficulté.


D’une manière générale, l’engouement Folk va préparer les esprits aux tentatives de sauvegarde des restes des folklores alors même que les derniers éco-systèmes ruraux s’étaient effondrés ou s’effondraient.
Certaines pages de Jean-Michel Guilcher (lui aussi décédé au printemps et bien regretté) sur la question restent toujours pertinentes. Au vrai, l’examen des traditions orales en Europe, ces trente dernières années, révèle sur ce point une disparité entre les survivances.

L’observation confirme que les nations industrialisées et économiquement avancées, par la désertification des campagnes, ont les premières perdues le contact avec la tradition orale. 
On remarquera encore que de nombreuses nouvelles musiques — partant de matériaux folkloriques préservés — vont à partir des années 1980-90 se créer et devenir une part notable de la création dans la chanson.

Elles sont simplement une partie d’un ensemble procédant, évoluant, se métamorphosant en vertu d’un contexte différent. Ces nouvelles déclinaisons n’en sont pas moins intéressantes et porteuses d’un véritable futur musical, même si, elles ne répondent plus exactement aux critères des folkloristes du XXe siècle.
A ce titre, la Norvège, la Finlande, la Pologne,etc, vont développer un Folk metal qui mérite souvent le détour auditif. On peut en guise de préfiguration déjà lointaine de ce courant écouter “Stairways to Heaven” (1971-73) du groupe Led Zeppelin dont l’atmosphère néo-médiévale est une évidence.
Voilà très vite écrits, quelques traits à souligner au sujet de la revivalisation Folk et sa veine médiévalisante.
Gérard LE VOT

Commentaires fermés pour cet article

Dernières nouvelles…

Beline > 12.04.17

# Agenda

Les stages et concerts Évelyne Girardon à Annecy et Montpellier.
Laissez chanter qui voudra, le commando vocal lyonnais
Prochain Trad en Mai : 17-18 -19 mai 2018 au Théâtre Sous le Caillou (Lyon Croix Rousse).

En savoir plus…

Beline > 9.03.17

# VRAC DE TRAD 66 - Mars 2017

Trad en Mai : du 10 au 14 mai 2017
Ateliers chant et stages de chant Evelyne Girardon
DVD Penser Modal René Zosso

En savoir plus…

Beline > 20.08.16

# Vrac de Trad 65 - Septembre 2016

René Zosso : Penser modal – Approche théorico-pratique de la modalité occidentale
Inscriptions Saison 2016 – 2017 : Ateliers de pratique vocale collective à Lyon
Stages de chant : Montpellier
Les Cornemuses de la Croix Rousse – Jean Blanchard

En savoir plus…

Encore des infos…

Graphisme © : Nicolas Castellan 2005-2008